AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 MICHAEL ∞ Visiblement, on se retrouvera toujours...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

Canard hors de l'eau.

MA PETITE VIE
Ma petite vie
Aux Bahamas depuis: Juin 2012
Statut civil: Célibataire
Lieu de résidence: Dans un appartement de cinglés à Bay Street
PROFIL✿ Inscrit le : 26/06/2014
✿ Messages : 55
✿ Age : 35

MessageSujet: MICHAEL ∞ Visiblement, on se retrouvera toujours...   Lun 15 Sep - 11:52

Michael & Cameron
Visiblement on se retrouvera toujours...




Date du RP: 15 septembre 2014
Lieu précis du RP: Sur la piste d’atterrissage à l'aéroport de Nassau
Moment approximatif de la journée: Après-midi
Autres informations: Facultatif, à rajouter si vous en ressentez le besoin ou l'envie

_________________
CAMERON ∞ I don't know why everyone keeps saying they're trying to bring sexy back when I'm right here. I never even left.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Canard hors de l'eau.

MA PETITE VIE
Ma petite vie
Aux Bahamas depuis: Juin 2012
Statut civil: Célibataire
Lieu de résidence: Dans un appartement de cinglés à Bay Street
PROFIL✿ Inscrit le : 26/06/2014
✿ Messages : 55
✿ Age : 35

MessageSujet: Re: MICHAEL ∞ Visiblement, on se retrouvera toujours...   Lun 15 Sep - 11:53

Michael & Cameron
Visiblement, on se retrouvera toujours...
« Mesdames et messieurs, nous venons d’arriver à l’aéroport de Nassau. Veuillez toutefois attendre avant de sortir de l’appareil, les autorités vont nous communiquer les consignes de sécurité dès que possible. » J’eus tout juste le temps de fermer le microphone que je poussais un soupir de soulagement, heureux d’avoir pu ramener l’appareil à bon port. Enfin, je ne faisais là que mon boulot, mais c’était bien la première fois que je faisais mon boulot dans des circonstances aussi stressantes, et j’espérais sincèrement que ce serait la toute dernière, parce que je ne savais pas si j’avais envie de revivre cette expérience courte, mais relativement traumatisante, quand même et ça, pour environ n’importe qui.

Cette fameuse expérience s’était déroulée quelque temps après le décollage qui avait eu lieu en sol américain, soit à environ trois heures de Nassau. Cela devait être un vol relativement simple, voire même ennuyant vu sa courte durée et le fait que c’était pour moi un vol de retour à la maison avant quelques jours de congé. Tout me paraissait normal, bien banal, jusqu’au moment où du tapage commença à surgir de la cabine qui logeait les passagers. Ce fut seulement au bout d’un moment que l’équipage comprit qu’il s’agissait d’un malfaiteur qui tentait de faire du tort dans l’avion, tentant même de se débattre pour entrer dans la cabine de pilotage dans le but de faire détourner l’appareil autre part qu’à sa destination initiale. Lorsque j’avais entendu ces menaces, je m’étais intérieurement promis que jamais rien ni personne, sauf une manœuvre d’urgence extrême, ne m’obligerait à détourner mon avion, et que j’allais accomplir ma mission, qui était d’emmener ces gens aux Bahamas, coûte que coûte. Toutefois, je ne l’avais pas dit à voix haute, sachant pertinemment que mon ton de voix aurait été particulièrement hésitant, puisqu’au plus profond de moi, cette situation ne me plaisait pas du tout, et j’espérais sincèrement que tout irait bien jusqu’à la fin.

Heureusement, le fameux contrevenant fut arrêté d’une façon que je ne connaissais pas – un grand gaillard qui avait fini par l’assommer, un truc du genre – d’où le fait que j’avais pu terminer mon vol sans aucun problème supplémentaire, mais je savais parfaitement que cette histoire ne s’arrêterait pas là. En effet, les autorités avaient déjà été contactées, et maintenant que le signal avait été donné comme quoi l’appareil était maintenant arrivé et que les moteurs s’apprêtaient à être coupés, il ne restait plus qu’ils arrivent et qu’ils fassent sortir ces passagers, non sans devoir probablement poser quelques questions aux témoins ainsi qu’aux membres de l’équipage dont je faisais partie, évidemment. Patiemment, j’attendis alors dans la cabine, n’osant pas vraiment en sortir tant et aussi longtemps que je n’aurais pas la permission de le faire.

_________________
CAMERON ∞ I don't know why everyone keeps saying they're trying to bring sexy back when I'm right here. I never even left.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Canard hors de l'eau.

MA PETITE VIE
Ma petite vie
Aux Bahamas depuis: 2009
Statut civil: Célibataire et père
Lieu de résidence: Cable Beach
PROFIL✿ Inscrit le : 31/05/2014
✿ Messages : 68
✿ Age : 42

MessageSujet: Re: MICHAEL ∞ Visiblement, on se retrouvera toujours...   Lun 15 Sep - 18:22

Une journée pas comme une autre avait commencé... C'est ce que j'aurais aimé penser ce matin-là en me levant sauf que, comme la plupart des jours, j'avais mal et j'étais de mauvaise humeur. Cela faisait plus de deux mois que je ne m'étais pas levé en étant de bonne humeur... En fait, la dernière fois que ça avait eu lieu était le matin où je m'étais réveillé avec Cameron à mes côtés. Depuis, je n'avais cessé d'être de mauvaise humeur parce qu'il n'était pas là et qu'il me manquait. Je ne crois pas que j'étais tombé amoureux de lui mais je n'en étais pas loin.

Ce matin-là, donc, j'étais allé à mon boulot, comme d'habitude. Je n'avais eu que des petites affaires... En fait, rien qui ne soit vraiment un travail de policier. Une vieille qui avait perdu son chat, un gamin à retrouver dans un parc parce que sa mère s'était endormie alors qu'elle devait le surveiller, etc. Puis il y avait eu l'appel. Ce fameux appel qui nous disait d'aller à l'aéroport. Mon cœur avait raté un battement quand j'avais entendu le mot « détournement ». Je priais pour que ce ne soit pas Cameron le pilote. Et si c'était lui, je priais pour qu'il soit sain et sauf. Je pris l'enquête avec deux autres policiers. J'avais sauté dans la voiture et je crois bien que mes collègues ont compris qu'il y avait anguille sous roche puisque j'avais montré vigoureusement mon impatience.

Arrivé à l'aéroport, je harcelais l'un des employés pour qu'il mette ce genre de grand escalier mobile pour monter et descendre de l'avion puis, quand ce fut fait, je le pressais pour qu'il m'ouvre la porte de l'appareil. Dans l'avion, je me mis face aux passagers de je-ne-savais quelle classe et, en sortant ma plaque, leur dit :

-Bonjour tout le monde ! Je suis l'inspecteur Michael Andersen de la police de Nassau. Vous allez pouvoir descendre de l'appareil. Cependant, mes collègues, qui sont en bas de l'appareil, vont vous interroger. Nous allons recueillir vos témoignages et vous pourrez repartir chez vous sans problèmes.

Je me penchais à l'oreille de l'une des hôtesses et lui demandais :

-Pouvez-vous transmettre mon message au reste des passagers, s'il-vous-plaît ? Au fait, le personnel va aussi être interroger mais ce sera moi qui entendrai vos témoignages. Je vais tout d'abord aller m'entretenir avec le pilote si vous le voulez bien.

Je ne lui laissais pas le temps de me répondre et m'avançais dans le couloir jusqu'au cockpit où devait se trouver le pilote. C'était complètement absurde d'interroger le pilote en premier mais j'avais besoin d'aller voir si c'était Cameron. J'étais terrifié à l'idée qu'il ai pu risquer sa vie. J'ouvris la porte et là, quelque chose se produisit. Je su immédiatement que c'était l'homme qui me faisait tourner la tête. A nouveau mon cœur rata un battement. Je fermais la porte derrière moi, je ne voulais pas le mettre dans les ennuis. J'allais m'asseoir à côté de lui, là où, habituellement, le second  s'asseyait.

-Bonjour, Cameron. Tu... Tu vas bien depuis la dernière fois ? J'ai eu si peur qu'il te soit arrivé quelque chose. Oh et puis merde !

J'avais presque craché la dernière phrase avant de me jeter sur les lèvres de Cameron que j'embrassais, il faut le dire, fougueusement. J'avais eu peur pour Cameron mais je n'avais plus peur de donner libre cours à mes pulsions les plus secrètes. Je me foutais bien qu'on puisse me voir dans cette position. Je me foutais bien que MES collègues puissent savoir que j'aimais aussi les hommes. Lentement, je me détachais de ses lèvres qui me manquèrent à la seconde même où je les quittais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Canard hors de l'eau.

MA PETITE VIE
Ma petite vie
Aux Bahamas depuis: Juin 2012
Statut civil: Célibataire
Lieu de résidence: Dans un appartement de cinglés à Bay Street
PROFIL✿ Inscrit le : 26/06/2014
✿ Messages : 55
✿ Age : 35

MessageSujet: Re: MICHAEL ∞ Visiblement, on se retrouvera toujours...   Ven 19 Sep - 11:41

Michael & Cameron
Visiblement, on se retrouvera toujours...
L’attente dans la cabine me parut interminable. Non pas que je n’étais pas à l’aise dans cet habitacle, c’était probablement l’endroit au monde où j’étais le plus confortable, mais plutôt parce que cette situation étant toute nouvelle pour moi, je m’en montrais particulièrement déstabilisé et que je ne savais pas comment réagir. Pire que cela, je me sentais honteux de ne pas savoir quoi faire. Dans ma mentalité, être à court de moyens, c’était un signe de faiblesse, et je voulais être tout sauf faible, surtout dans cette situation. Là, j’avais seulement l’impression de me cacher, d’être un lâche, et même si c’était là la consigne, que je ne pouvais pas bouger au risque d’empirer les choses et faire une tache dans mon dossier de pilote, ce que je ne voulais surtout pas, parce que je tenais à ma profession, qu’importe ce qui pouvait se passer actuellement.

Silencieux, je tentais alors de guetter des bruits en provenance de la cabine, histoire de voir si quelqu’un entrait, si des gens sortaient. Malheureusement, tout ce j’entendis, ce fut quelques paroles que je ne compris pas en raison du fait que le son ne traversait pas la cabine, puis finalement des bruits de pas, me faisant comprendre que peut-être un agent avait donné des consignes et certaines personnes étaient chargées de les mettre en application. Après, je demeurais quelque peu tendu; qu’allait-il se passer ? Ces consignes allaient-elles se faire entendre dans les haut-parleurs destinés aux messages diverses de l’équipage ? J’attendais de voir et d’entendre tout cela, mais avant qu’il ne se passe quoi que ce soit, la porte de la cabine d’ouvrit, faisant en sorte que je me retournai aussitôt, puisqu’à ce point, je m’attendais à tout et n’importe quoi. Enfin, tout et n’importe quoi, sauf ça; me retrouver en face de l’homme avec qui j’avais couché dernièrement, évènement dont je n’arrivais toujours pas à me rétablir complètement. Ce fut pourquoi mon cœur manqua un temps, que je fus on ne peut plus choquée, et ultimement, que je ne sache même pas lui répondre lorsqu’il me demanda comment ça allait, comme si rien ne s’était passé, comme s’il n’y avait aucun malaise entre nous, alors que dans mon cas, il y en avait clairement un. Michael ne semblait pas en avoir grand-chose à faire sur le coup, et je compris que c’était parce qu’il avait eu peur pour moi. Apparemment, il avait été tenu au courant de ce qui s’était passé, et plutôt que de s’inquiéter pour les passagers, pour l’avion, la réputation de la compagnie aérienne, n’importe quoi de plus important, c’était ma personne qui l’intéressait le plus. Je n’arrivais pas vraiment à y croire, pour tout dire, et je ne crus toujours pas ce qui était en train de se passer lorsque soudainement, je sentis ses lèvres se poser sur les miennes. Pendant un instant, je demeurai passif, impuissant, ne sachant vraiment pas comment réagir, puis au bout du compte, je me rendis compte qu’en fait, ce baiser ne me gêna pas, m’apporta limite un certain réconfort. Puis, ma tête, ma rationalité, mon orgueil reprirent le dessus au bout d’un moment, me disant que je ne pouvais pas faire ça, que je ne pouvais pas penser ce genre de chose. Ce fut à cet instant que le baiser prit fin, et que je pus considérer Michael, les yeux écarquillés. Je le détaillai de bas en haut, puis ne comprenant toujours pas ce qui se passait, pourquoi c’était lui qui avait accouru, parce que visiblement, je n’avais pas eu le réflexe de faire le déclic entre les évènements et son arrivée, je dis : « Qu’est-ce que tu fais ici !? »

_________________
CAMERON ∞ I don't know why everyone keeps saying they're trying to bring sexy back when I'm right here. I never even left.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Canard hors de l'eau.

MA PETITE VIE
Ma petite vie
Aux Bahamas depuis: 2009
Statut civil: Célibataire et père
Lieu de résidence: Cable Beach
PROFIL✿ Inscrit le : 31/05/2014
✿ Messages : 68
✿ Age : 42

MessageSujet: Re: MICHAEL ∞ Visiblement, on se retrouvera toujours...   Ven 19 Sep - 20:09

J'étais encore sous le coup de la peur mais si mon cœur tambourinait aussi fort dans ma poitrine c'était dû à un mélange de peur, d'excitation et, curieusement, de soulagement. Ce baiser, celui que j'avais donné à Cameron, m'avait, d'une certaine façon, permis d'extérioriser toute cette tension. Je me rendis pas immédiatement compte que l'homme ne m'avait pas repoussé, pour une fois. Je remis ça sur le compte des émotions. Après tout, il aurait pu mourir. D'ailleurs, ses yeux écarquillés m'affirmaient qu'il n'avait pas vraiment changé d'état d'esprit concernant l'homosexualité mais qu'il était juste sous le choc. Il me posa ensuite une question un peu étrange de mon point de vue mais qui se défendait tout de même. Qu'est-ce que je faisais ici... Je ne savais plus si je lui avais dit que j'étais policier alors je décidais de commencer par là.

-Bha, tu vois, je suis flic... et il y a eu un appel qui disait qu'il y avait un forcené dans un avion et j'ai immédiatement pensé : « Pourvu que Cameron ne pilote pas cet avion ! ». J'aurais pu rester bien sagement à m'occuper de truc vraiment chiants mais la peur me rongeais et je n'ai pas laissé le choix à mes collègues : je les ai obligé à me prendre... Et tout ça, je l'ai fait parce que je voulais être rassurer, savoir si tu n'avais rien parce que j'ai peur... j'ai peur de te perdre., dis-je d'une traite sans prendre le temps de réfléchir à tout mon speech.

Je pris l'une de ses mains entre les mains. J'avais ce besoin stupide de sentir qu'il était là, bien vivant et bien réel. Il me sembla pendant un instant qu'il tremblait mais peut-être était-ce moi. Puis des mots, des phrases entières que je contrôlais pas sortirent de ma bouche.

-Tu sais, le soir où on s'est rencontré, il s'est passé quelque chose en moi : je me suis sentis tellement mieux, tellement plus heureux, tellement mieux dans ma peau... Tu sais, j'ai un gros complexe à cause de mon handicap et le fait que tu m'ai regardé sans avoir peur ou être dégoûté de ma jambe en moins, ça... J'ai trouvé ça adorable et c'était ça qui m'a fait le plus de bien ce soir-là. Je sais que je dois te paraître un peu fou peut-être même malade, dans le genre échappé d'un hôpital psychiatrique, un fou dangereux mais je n'en suis pas un et... j'avais juste besoin de te le dire et de te remercier d'avoir un peu illuminé ma vie d'ermite même si ce n'était que pour quelques heures...

Je n'avais pas pu retenir mes mots et je le regrettai un peu car j'avais le don de tout gâcher rien qu'en parlant. Je plongeais mon regard dans le sien avant de repenser à une chose importe : j'avais un interrogatoire à mener.

-Hmmm... Je vais devoir t'interroger. Tu penses que ça ira?, lui demandais-je, soucieux, en caressant doucement la main que je tenais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Canard hors de l'eau.

MA PETITE VIE
Ma petite vie
Aux Bahamas depuis: Juin 2012
Statut civil: Célibataire
Lieu de résidence: Dans un appartement de cinglés à Bay Street
PROFIL✿ Inscrit le : 26/06/2014
✿ Messages : 55
✿ Age : 35

MessageSujet: Re: MICHAEL ∞ Visiblement, on se retrouvera toujours...   Lun 22 Sep - 11:41

Michael & Cameron
Visiblement, on se retrouvera toujours...
J’étais maudit. Je m’en doutais toujours, chaque fois qu’il m’arrivait quelque chose de malencontreux, puis l’idée me passait, mais maintenant, j’en étais plus que persuadé, comme si c’était une évidence. Pourquoi je pensais cela ? Pourquoi j’en étais aussi convaincu ? Parce que j’étais persuadé que personne n’était assez malchanceux pour vivre une tentative de détournement d’avion et voir arriver le dernier homme qu’il souhaitait voir sur les lieux, pour finalement se faire annoncer que c’était ce même homme qui menait l’enquête sur les évènements. Limite, dans ma tête, ça ressemblait à un vrai coup monté, un truc pour être certain que j’affronte mes démons encore une fois alors que je ne le voulais pas et que je n’en étais pas capable. Je n’y pouvais rien; tout dans cette situation me rendait incroyablement inconfortable, et la moindre petite chose ne faisait qu’empirer ce malaise que je ressentais; le fait que Michael me prenait la main, affirmait s’être inquiété à un point que je ne pouvais pas imaginer, à croire que c’était une blague pour m’amadouer. Alors que moi, je ne bougeais pas, je n’osais pas faire quoi que ce soit, toujours aussi tiraillé par mes pensées, parce que je ressentais, par mes frustrations, je me demandais ce qui était le pire; le détournement d’avion, ou ce qui était en train de se passer.

La réponse se formula très rapidement dans ma tête; sur un point de vue professionnel, le détournement était certainement le pire, mais sur le plan personnel, tout cela était probablement le comble. Comme si ce n’était pas assez, Michael en ajouta une couche, ce qui me fit douter pendant un instant qu’il était vraiment policier. Honnêtement, je me demandais même s’il n’avait pas fait exprès de s’incruster dans l’appareil pour me sortir son discours qui, au fur et à mesure, commençait à me faire peur. J’avais peur qu’il arrive et me sorte qu’il était amoureux de moi, qu’il n’en pouvait plus, qu’il fallait absolument qu’il me viole dans cet avion au risque de devenir fou. Ce scénario devenait terrifiant dans ma tête, si bien que je fus sur le point de me dégager, de quitter l’appareil, qu’importe si je devais sauter par la fenêtre pour le faire. Heureusement, ce ne fut pas cela qui se produisit. Limite, la fin qu’il me servit avait quelque chose de fade, mais qui me fit comprendre que je n’allais pas prendre mes jambes à mon cou, que je pourrais me contenter de seulement répondre : « Euh… De rien… ? » Cependant, cela ne voulait pas dire que j’étais confortable pour autant, mais je ne le fus pas, pas tant qu’il reprit un ton un peu plus professionnel, me demandant s’il pouvait m’interroger. Je me sentis alors un peu plus en contrôle de mes moyens, puis je lui dis : « Euh ouais… Mais on peut faire ça à l’extérieur ? C’est obligé que ce soit ici ? » J’essayais d’avoir un peu d’assurance, mais visiblement, ça ne marchait pas. J’espérais simplement que nous pourrions sortir de cet habitable, histoire d’avoir des témoins, parce que je ne voulais pas que quelque chose de gênant arrive sur mon lieu de travail.


_________________
CAMERON ∞ I don't know why everyone keeps saying they're trying to bring sexy back when I'm right here. I never even left.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Canard hors de l'eau.

MA PETITE VIE
Ma petite vie
Aux Bahamas depuis: 2009
Statut civil: Célibataire et père
Lieu de résidence: Cable Beach
PROFIL✿ Inscrit le : 31/05/2014
✿ Messages : 68
✿ Age : 42

MessageSujet: Re: MICHAEL ∞ Visiblement, on se retrouvera toujours...   Lun 22 Sep - 20:30

J'y étais allé un peu fort. Je n'arrivais plus à me contrôler et visiblement, Cameron n'était pas l'aise, il avait l'air... raide. Je n'aurais pas dû lui prendre la main. Puis il me fit une très étrange réponse à mon petit discours : « Euh... De rien... ? ». Il n'avait pas à dire ça. Ca me fit l'effet d'une douche froide tant il l'avait dit d'une voix comme morte. Sa réponse à ma question ne tarda pas à venir et elle fut pire que la précédente. Je sentais que je le faisais vraiment flipper. Je lâchais sa main et le regardai durement.

-J'te fais peur, c'est ça ? Ca fait peur de voir que quelqu'un en à faire de soi et je n'en ai pas rien à faire de toi. Et n'essaies pas de me mentir, je sais démêler le vrai du faux. 'Fin, j'm'en fous, on peut faire l'interrogatoire à l'extérieur. Moi, ça ne me coûte rien mais tu es sûr que ça ne te dérangerais pas que les passagers ou tes collègues t'entendent parler de choses privées avec moi et quand je dis « choses privées », je veux parler de ce qu'on a fait le soir où l'on s'est rencontré et tout ce qui a à voir avec ma bisexualité assumée et ta bisexualité refoulée alors nom de Dieu regarde-toi comme tu es et ose être celui que tu es même s'il ne te plaît pas., dis-je assez brutalement.

Je ne prenais plus de pincettes pour lui parler. Il n'était pas une petite chose fragile qui nécessitait d'être toujours délicat avec elle. En fait, j'avais envie de sortir de l'appareil et de l'embrasser devant tout le monde mais j'avais encore trop d'égard pour lui. Je me levais et d'une voix teintée d'impatience, je lui lançais :

-Alors, on y va ?

Je restais sur le seuil du cockpit, au cas où Cameron me retiendrait et tenterait de s'expliquer. Ca aurait été idéal si ça c'était passé comme ça mais avec le pilote rien, je dis bien rien, n'était simple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Canard hors de l'eau.

MA PETITE VIE
Ma petite vie
Aux Bahamas depuis: Juin 2012
Statut civil: Célibataire
Lieu de résidence: Dans un appartement de cinglés à Bay Street
PROFIL✿ Inscrit le : 26/06/2014
✿ Messages : 55
✿ Age : 35

MessageSujet: Re: MICHAEL ∞ Visiblement, on se retrouvera toujours...   Lun 29 Sep - 12:32

Michael & Cameron
Visiblement, on se retrouvera toujours...
Visiblement, mon manque de réaction combiné à ma demande de faire cet interrogatoire à l’extérieur du cockpit des pilotes ne fut pas nécessairement bien accueilli par Michael. Celui-ci lâcha alors ma main – ce à quoi je ne m’opposai pas, puisque cela me permit d’être un peu plus à l’aise – et se lança alors dans un discours devant lequel je me trouvais complètement dépourvu de réponses. De toute façon, même si j’avais voulu lui répondre de quelconque façon, c’était tout simplement hors de question; il était tout simplement inimaginable que j’assume quoi que ce soit, quelque chose qui était faux, quelque chose qui était nul autre qu’une bêtise faite un soir où trop d’alcool était entré dans jeu et m’avait fait perdre mes moyens. En fait, je ne voulais même pas y réfléchir, même pas penser avec ce qui avait pu se passer, et l’homme ne me rendait certainement pas la tâche facile, puisqu’il ne cessait d’en parler, de parler de ma bisexualité dire non-assumée, comme s’il voulait s’assurer que je m’en rappelais, que j’y pense, alors que je faisais tout pour que ce ne soit pas le cas. Je me surpris alors à commencer à serrer les poings, visiblement agacé par la situation, mais je ne dis rien, sachant parfaitement que si je perdais mon sang-froid, j’allais prononcer des mots ou faire des gestes que je risquais de regretter par la suite, et je ne voulais pas, pas ici, pas maintenant, pas avec lui.

Puis, au bout d’un moment qui me sembla interminable, il termina son discours, acceptant d’aller faire ce fameux interrogatoire à l’extérieur. Je ne me fis alors certainement pas prier. À sa demande, je détachai les ceintures de sécurité de mon siège, ce que je n’avais même pas fait depuis l’atterrissage, puis je n’attendis pas plus longtemps pour me lever, me disant que mon petit bagage, je pourrais toujours venir le récupérer plus tard. Tout c’à quoi je pensais, c’était d’en finir avec ce moment qui devenait de plus en plus gênant, d’autant plus que l’atmosphère était tendue, ce qui ne venait certainement pas aider à la cause. Maintenant, à cause du discours de Michael, j’étais encore plus tiraillé, et même si je tentais de me convaincre que je devais me concentrer sur les évènements survenus pendant le vol, je n’y arrivais juste pas, si bien qu’une fois debout, en route vers la sortie de l’avion, je soupirai, puis je dis : « Alors, on fait ça chez… », réalisant qu’inconsciemment, j’étais en train de parler comme si j’étais en train de le draguer, alors que ce n’était pas du tout le cas. Sitôt que je le constatai, je secouai vivement la tête, et je me repris en disant, un peu plus rapidement et de façon on ne peut plus impartiale : « On fait cet interrogatoire où exactement ? »



_________________
CAMERON ∞ I don't know why everyone keeps saying they're trying to bring sexy back when I'm right here. I never even left.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé

MA PETITE VIE
PROFIL

MessageSujet: Re: MICHAEL ∞ Visiblement, on se retrouvera toujours...   

Revenir en haut Aller en bas
 

MICHAEL ∞ Visiblement, on se retrouvera toujours...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Roch Voisine - Comme j'ai toujours envie d'aimer
» Saint Mandrier , c'est toujours aussi joli.....
» toujours fermer la porte !!!!!!
» Après votre inscription, vous n'avez toujours pas accès au forum?
» Toujours pas d'accès

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Beautiful Lie 2.0 :: Nassau City :: Saunders Town :: Aéroport-